Blog Post

Il était une fois Dada Jacaman, et le compas direct changea de direction

Il était une fois Dada Jacaman, et le compas direct changea de direction

À la veille des funérailles, samedi 14 janvier 2023, de Dada Jacaman, Le Nouvelliste et Ticket publient cet article d’Aly Acacia qui campe ce personnage magnifique qui a changé le cours de l’histoire de la musique haïtienne, particulièrement le compas direct. Dada Jacaman (05/21/1940-12/22/2022) fut le mythique impresario – manager des Shleu Shleu, premier mini jazz haïtien.

Par Aly Acacia
13 janvier 2023
Le Nouvelliste

Il fut le premier manager d’un groupe Compas de format mini jazz. Hugues Dada Jacaman a tiré sa révérence durant la nuit du 22 au 23 décembre 2022. Cinquante-sept ans auparavant, à la même date, il fit sa mémorable entrée en scène avec les Shleu Shleu à Cabane Choucoune. Nemours Jean Baptiste les baptisa à cause de leur taille : mini-Jazz.

Né le 21 mai 1940 à St-Marc, fils d’Étiennette Filippi et de Joseph Jacaman originaire de la Palestine, il n’y avait personne de plus haïtien que Dada.

Très jeune, sur les traces de son père, il deviendra un ferré homme d’affaires. Redoutable et vigoureux négociateur qui ne s’en laissait imposer par quiconque. Toutefois, sa souplesse et sa clémence en firent le ciment qui solidifia les liens entre les musiciens et qui ramenait rapidement la réconciliation en cas de litige au sein du groupe.

Ses qualités faisaient de lui l’homme parfait qui transforma ce mouvement sans prétention de jeunes fils à papa en une affaire sérieuse et viable. De plus, il a su décharger des épaules des musiciens, les aléas de la gestion, leur permettant de se concentrer sur leur art

Dada se faufila avec l’aisance d’un félin à travers les différentes strates de cette complexe société Port-au-princienne. Il a fédéré mulâtre, syrien, makout, et la jeunesse estudiantine autour des Shleu Shleu.

Lorsque les Shleu Shleu ont démarré en 1965, le mouvement Mini-Jazz était né avant la lettre. Les groupes pionniers comme Ibo Lélé plus tard Ibo Combo, les Shelbert, l’Orchestre latino, etc avaient amorcé le virage vers les formations réduites. Cependant l’arrivée de Dada avec les Shleu Shleu consacrera l’envol de cette tendance.

Sa vision a rapidement propulsé son groupe au sommet. En trois ans, Dada installe son groupe dans deux grands Night-Club : El Rancho et Cabane Choucoune, produit le disque (Haïti, Terre de soleil) C’était le premier album des Shleu Shleu et du mouvement Mini Jazz.

La permanence du groupe sur les plus prestigieuses scènes, la succession de contrats et la sollicitude du public, autant de bienfaits qui apportèrent une notoriété inédite à ce groupe. Parallèlement, petit à petit, Nemours et sa pléthore de musiciens devinrent, subitement, encombrant pour les bals de salon.

De plus, la nouvelle sonorité des mini jazz plût davantage à cette jeune génération qui raffole de pop, de musique latine, de chansonnettes françaises et du jazz américain. Le rideau baissa lentement sur les ‘’Big Band’’, dont le public se fut de plus en plus rare.

En revanche un véritable Big Bang provoquera une constellation mini-jazz ouvrant une nouvelle ère dans le firmament musical urbain haïtien. Des groupes comme Tabou Combo, Frères Déjean, Loups Noirs, Ambassadeurs, Difficiles, Gypsies, Bossa Combo en deviendront rapidement les étoiles les plus brillantes.

La chronologie des transformations internationales devient complice des actions de Dada. Ce fut une marée mondiale qui emporta tout sur son passage. La musique des Shleu Shleu et le marketing déployé autour de l’orchestre, le flair et l’ambitieux agenda de l’impresario formèrent un tout gagnant s’emboitant comme un magnifique puzzle. Tabou Combo, Les Difficiles, Les Loups Noirs, Les Gypsies, Les Fantaisistes de Carrefour adopteront tous le modèle de gestion des Shleu Shleu avec à leur tête, un imprésario.

Dada et les Shleu Shleu furent le modèle à suivre, l’étalon de mesure du succès. La dynastie durera plus d’une décennie et accouchera de trois groupes qui étendront cette musique dans la diaspora : l’Original Shleu Shleu, Le Skah Shah # 1, le Djet X. La triade de succès qui conquit les Antilles et l’Europe.

L’album “Trou crabe” notamment, pava la voie au genre Mini-Jazz aux Antilles françaises. Le Skah Shah dont le noyau de base Loubert Chancy, Mario Mayala, Jean Ely Telfort (Cubano), Jhonny Frantz Toussaint (Ti Frè) furent des musiciens de la formation Shleu Shleu recrutés par Dada. Quant au Djet X, mené par le saxophone exceptionnel de feu Gérard Daniel, est tiré du chapeau de cet imprésario/magicien.

La pérennité du Konpa est sans conteste due à une longue chaine d’événements et d’actions provoqués par différents acteurs. D’abord hommage au créateur, Nemours Jean Baptiste, et son compère Webert Sicot dont leur génie a contribué à populariser le genre dans les années 50. Ensuite, il y eut des hommes de micros comme Ricot Jean Baptiste, Lionel Benjamin, Jacques Sampeur, Félix Lamy, Joe Damas qui l’ont imposé sur les ondes. Toutefois, il n’est pas exagéré de dire que dans l’histoire du Compas, il y eut un avant et un après Dada Jacaman.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

98 − 88 =