Blog Post

Au sujet de IBO-COMBO

Au sujet de IBO-COMBO

Voulant dernièrement saluer la mémoire et le départ du grand musicien et saxophoniste Lionel Volel, nous avons mis l’accent particulièrement sur la formation qui l’a révélé à la jeunesse haïtienne, IBO-COMBO, l’ancêtre véritable des mini jazz haïtiens.

Par Roland Léonard
23 août 2018

Voulant dernièrement saluer la mémoire et le départ du grand musicien et saxophoniste Lionel Volel, nous avons mis l’accent particulièrement sur la formation qui l’a révélé à la jeunesse haïtienne, IBO-COMBO, l’ancêtre véritable des mini jazz haïtiens. IBO de l’hôtel Ibo-Lélé où elle donnait des performances hebdomadaires ; COMBO diminutif de l’anglais «combination», désignant la taille d’un orchestre allant jusqu’à neuf musiciens à la limite.

L’hôtel Ibo-Lélé, depuis les années quarante et cinquante, a toujours eu des ensembles musicaux, petites formations en général, pour animer des bals destinés à sa clientèle haïtienne et étrangère.

Avant la mouture célèbre, dont nous avons parlé où figuraient le saxophoniste talentueux et ses copains et camarades de la même génération IBO-COMBO a donc connu d’autres versions.

Une question : Serge Simpson a-t-il été membre de l’ensemble ? Le musicien affirme que non. Certains de ses confrères et certaines mémoires soutiennent le contraire.

Mais alors une seconde interrogation se pose, s’impose à notre esprit : qui joue du vibraphone sur leur disque de clôture dans « Choucoune» ? Et qui ponctue le morceau « Mache renmen» ? Simpson ? Ou Carlos Ramirez qui s’était révélé au xylophone dans «Les as de Pétion-Ville» aux côtés de Titte Pascal et de Phito Joassaint ? Carlos Ramirez a bel et bien joué de l’accordéon, un temps, dans IBO-COMBO. Son jeu, paraît-il, n’était pas très inventif.

Ramirez, Fritz Joassaint, Jacquy Duroseau, Titte Pascal étaient, pour nous répéter, tous des transfuges de « Les as de Pétion-Ville», formation dissoute à la fin de 1964 environ, si nous avons bonne mémoire et selon nos sources.

1965 serait-elle plus fiable comme année de leur intégration à IBO-COMBO?

Jacques Paul Eugène, talentueux accordéoniste, compositeur de « Mache renmen» et brillant soliste sur « Créole musette» était membre à part entière de « Les shelberts du Canapé-Vert», formation contemporaine et amie d’Ibo-Combo. On se souvient de son frère le guitariste Pierre-Paul Eugène dit « Ti Pierrot». Le pianiste Jacquy Duroseau appartenait aux deux groupes.

Dans notre hâte, nous avons commis un oubli regrettable que nous voulons réparer: le bon pianiste Anton Martinez, actuellement grand architecte et urbaniste, a été membre d’Ibo-Combo.

Ah ! Anton… quel talent !

Ibo-Combo ? Un monde de souvenirs.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

÷ 1 = 2